16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:18
Déménagement

BLOG DÉMÉNAGÉ

adresse provisoire ci-dessous...

(Cliquez sur le lien) http://blancan.net

Je vous y attends pour la suite de nos aventures... ;-)

Vous retrouverez tous les articles déjà postés ici et tous ceux qui l'ont été depuis...

ATTENTION : Les commentaires que vous posterez à partir d'aujourd'hui, ici, ne seront pas visibles sur le nouveau blog

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 20:55
Réponse à Outis

J'enlève cet article qui avait quelque chose des procès rapides de la libération...

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 10:27
Saison 6 du Village à la télé à partir du 18 !

La diffusion de la saison 6 du Village Français démarre la semaine prochaine. Le 18.

Hier soir, il y avait un meeting du NPA à 100 mètres de chez moi. J’y suis allé, comme on va au spectacle ou au cinéma voir un documentaire.

Dans un vieux gymnase des années 30, il y avait quelque chose des réunions de résistants que l’on tourne dans le Village. J’ai adoré l’intervention de cette femme de chambre d’un grand hôtel qui raconte avec beaucoup d’humour comment elles ont obtenu avantages et augmentations de salaire avec une grève de plus d’un mois. Le patron qui leur demande d’arrêter la musique et le boucan et elles qui se disent « c’est vrai, maintenant que tous les clients sont partis, autant arrêter la musique ». La grève semblait folle à son début. Tout ce boucan, cette incompréhension, ces mots violents, les clients qui fuient alors que tout semblait couler de source dans l’ordre ouaté de cet hôtel de luxe.

Sachant que le prix d’une nuit dans la chambre la moins chère représente le salaire mensuel d’une femme de chambre on peut comprendre qu’elles aient eu envie de se bouger, malgré la crise, malgré le salaire qui disparaît. Un combat perdu d’avance ? Elles ont tenu bon, elles ont reçu des témoignages de solidarité de tous côtés et elles ont fini par gagner un peu de dignité en plus de leur augmentation de salaire. Un dialogue respectueux et responsable semble désormais s’être mis en place entre la direction et les salariés.

Je n’ai pas regretté ma curiosité ni ma soirée. Il y avait quelque chose du passé dans cette soirée mais aussi la permanence presque secrète de ces gens qui luttent et se battent pour le bien commun, pour une forme de justice qui s’apparente à un délit dans la pensée dominante actuelle. La solidarité, aujourd’hui, c’est quoi ?

Mon idée de départ, c’était de faire le tour des meetings politiques de tous bords pour écouter les mots, voir les gens qui croient encore en quelque chose dans le champ du collectif. Comparer les contenus, le temps passé à parler de ceci ou de cela, de façon presque scientifique. Maintenant, un meeting de Sarko, je ne sais pas si je vais pouvoir…

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 11:57
À côté...

J’avais soumis une histoire à une demande d’aide à l’écriture de fiction télé. J’étais conscient de la faiblesse des chances d’obtenir cette aide car nous sommes très nombreux à la demander et qu’il est de notoriété publique qu’il y a peu d’élus. Des informations non autorisées me sont parvenues : mon projet n’aurait même pas passé le stade des pré-sélections. Indigne d’accéder au jury ! En l’apprenant hier, j’ai cru que ça glissait sur moi comme la pluie sur l’aile des oiseaux. Mais ce matin, je sens bien que j’en suis atteint.

Ce n’est pas de la colère. Pourquoi en vouloir aux institutions, aux autres ? Inutile de se victimiser. C’est plutôt de la tristesse. Celle de la confirmation de n’être pas dans les clous. En-soi, ce n’est pas dramatique. Certains diront même qu’il faut en tirer fierté. Piètre consolation. Et, si l'on envisage la question de façon plus globale, je ne suis de toute façon pas à plaindre.

Mais je partage une sorte de sentiment d’exclusion et d’impuissance avec tous ceux, nombreux, qui mettent leur temps, leur énergie et leur âme à concevoir des projets qui sont rejetés en quelques minutes, d’un haussement d’épaules, par un lecteur anonyme. Si pour moi c'est d'abord une affaire d'ego, pour d'autres c'en est une de survie.

Pensée à eux.

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 17:24
Fin heureuse

À partir d'aujourd'hui, l'expression "tirer des plans sur la comète" est morte. Du moins change-t-elle de sens.

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 11:51
Voyage au Village

Si Anselme a quitté sa ferme pour rejoindre le maquis, c’est grâce à l’intérêt pour ses poules de quelques jeunes résistants. S’en est suivi une période de planques en forêt, de purées de marrons, de quelques actions qualifiées de terroristes. Puis, peu à peu, c’est la reconquête de Villeneuve qui s’amorce, puis la libération. De fait, de paysan isolé, Anselme se retrouve confronté aux logiques urbaines. Pas toujours évident pour un rustre.

Comme acteur, j’ai adoré tourner à la ferme et dans le maquis. Ça voulait dire tourner en extérieur, dans la forêt, sur une falaise, dans les chemins. Tournage d'enfants qui jouent à la guerre. Le soleil, la pluie, le froid, le chaud. Tous ces éléments dont on s’abrite en vivant à Paris. La nature comme espace de travail, ça me plaît. J’aurais pu l’oublier.

Si maintenant les décors sont cadrés par des murs et des plafonds, si les perspectives se limitent à celles des rues, si la distance qui nous éloigne de l’horizon se mesure en mètres, c’est l’occasion pour moi de jouer avec les personnages qui vous accompagnent depuis des années et de rencontrer les acteurs qui les incarnent. C’est un plaisir constant qui s'ajoute à celui de jouer. Les figures mythiques quittent leur masque, le temps d’un repas, entre deux prises, à l’occasion d’un retour en train. Les histoires des uns et des autres viennent s’ajouter à celle que l’on raconte. C’est décidément passionnant, ce métier.

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 16:16
C'est court !

Court week-end. En tournage hier pour Un Village Français et retour demain à Limoges pour une autre journée. C’est prenant, un tel personnage. Impossible de faire autre chose en dehors de quelques procrastinations. Tout entier à votre service. Les saisons avancent et jamais de lassitude. Le spectateur sera encore tenu par une histoire prenante, incarnée par des personnages devant chaque jour se positionner et se débattre dans celle avec un grand H. La nation se faisant avec des individus parfois en lutte avec eux-mêmes.

Dans mes procrastinations virtuelles, justement, je suis allé visionner des extraits du meeting de Sarkozy à Paris. Sa musique est toujours la même. Très proche de la bleue marine. C’est toujours ce discours populiste qui surfe sur le fantasme d’ordre et d’autorité, sur la peur de l’étranger, sur le rejet de l’assistanat (ces fainéants parasites qui vivent sur le dos d’aides sociales). On ne construit pas un programme en criant contre la burqa, quoi qu’on en pense par ailleurs. Toujours les mêmes fautifs qui sont visés : les chômeurs, les colorés, les rouges. Reporté à l’Histoire, on connaît l’inspiration de cette parole autoritaire nationaliste. Allez, je vais bosser mon texte, tiens !

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 14:05
Résistance

Un sondage donne 12% de satisfaits pour Hollande. C’est pas énorme. Les Français jugent qu’il est mauvais sur le chômage. On les comprend. Mais plus loin dans le sondage, on demande aux Français ce qu’ils souhaitent pour la suite du quinquennat.

- 82% souhaitent moins d’impôts (original)

- 68% la réduction des déficits (celle-là, je m’y attendais pas)

Le troisième choix, à 48%, c’est la dissolution de l’assemblée.

Mais bon, les Français, ils sont aussi nuls que ça en arithmétique ? Ou bien ils répètent ce qu’ils entendent ?

Ben oui, si tu baisses les impôts, tu augmentes les déficits, banane Française ! Et puis, franchement, c’est un rêve politique, ça ?

Moins d’impôts, moins de déficits… pfffff

Bon, allez, je vais pas traîner, moi ! J’ai mon train pour aller faire de la résistance dans un Village Français. En 44, ils avaient compris deux trois trucs qu’on a oubliés.

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 18:48

« Un acteur qui change d’agent, c’est un passager du Titanic qui change de transat… »

                                                            Alfred Hitchcock

 

« Je viens de changer de transat pour me rapprocher du canot de sauvetage… »

Bernard Blancan

 

Je suis désormais chez Nouvelle Garde, accompagné par Émilien Trottin.

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 23:19
La France silencieuse

J’aime bien regarder les commentaires laissés par les gens sous les articles d’actualité. La France silencieuse s’y exprime à loisir. Et ça fait un peu peur, parfois… (j’ai laissé les fautes)

 

Le parisien sous un article où Nicolas Hulot dit qu’il faut abandonner le barrage de Sivens.

- se deplace-t-il à vélo en carriole à âne ????? j'en doutes encore l'exemple du bobo type . verts plus pourris que nos politiques ;c'est peu dire

- Ha le voilà lui!! combien a til touché?? parce que ca vous donne des leçons!! mais pas gratuites!!! loin de là

 

Le figaro : Cazeneuve décide l’ouverture d’un centre d’accueil pour les migrants :

- Ce ne sont pas les conditions d'accueil qu'il faut améliorer mais se donner les moyens de les reconduire

- 3 millions d''€uros qui vont encore être pris sur le dos des retraités(es) français(ses)...pour payer les Associations qui s'occuperont d'eux...Vive la France...

- Merveilleux d'humanité ce Cazeneuve, qui oublie totalement sa fonction est de préserver la tranquillité de ses concitoyens

 

Alors, prenons maintenant un sujet plus soft. Le prix Fémina (l’Haïtienne Yannick Lahens pour Bain de lune et l’Israélienne Zeruya Shaleb pour Ce qui reste de nos vies dans la catégorie romans étrangers). Dans le Figaro :

- c'est fou encore une récompensée que personne ne connait , et dont le talent est à vérifier, fleur pellerin va devoir lire le titre de son livre

- Il n'y avait donc point d'écrivain français méritant ? C'est difficile à croire.

- l'auteur de l'article spécialiste de la culture et des livres Mohamed Aissaoui, a oublié de nous signaler l'attribution du prix fémina étranger à l'israëlienne Zeruya Shalev.

- Il n'y a pas de bonnes romancières françaises , vivant en France ?

- Et moi qui croyait que le prix Fémina était réservé à la France.

- Encore un bouquin que personne ne va lire.

Partager cet article

Published by Bernard Blancan
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog